"Sa Machine Ailée" et autres histoires

C'est ici que les artistes (en herbe ou confirmés) peuvent présenter leurs compositions personnelles : images, musiques, figurines, etc.
Avatar de l’utilisateur
Sandentwins
Vénérable Inca
Vénérable Inca
Messages : 682
Inscription : 20 juil. 2019, 14:27
Localisation : Derrière toi, avec un grand couteau.
Genre :
Âge : 22
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par Sandentwins »

:condor: Chapter 4: She Will Come From Elsewhen :condor:

The silvery ship was gliding smoothly over the water, cutting through with a precision and poise like no other. It made no motion as it sailed, unlike the rocky Spanish ships Zia had known in her life; it was a peaceful cruise, one that would take them to their destination in no time. It reminded her of the Solaris so much that she felt it pang at her heart, but she kept it silent, for no one would understand it. Though all it took was one look at her bird companion to know that he too was thinking the same thing.

Sitting on a soft chair, watching through the glass windows, Zia was mindlessly petting Pichu with one hand, the other resting on her cheek. She had no real idea of where they were going, aside from the mention of “home”, and it made her somewhat nervous. For this world was nothing like she had envisioned, and it ached to know that all she remember was now but a distant memory. A memory that didn't exist yet.

During their procession to the coast, where the ship was waiting for them, they've seen people. Unlike Kane'Oro and the other dignitaries, who were dressed in rich colors and fine embroidery, those people they've met had nothing but raw linens and animal skins to wear. They were harvesting wild trees and plants for food, whereas her traveling companions ate bread, cured meats and cheeses. They've passed by small wooden settlements that would not handle the test of time, to get to a ship build to last out of metals and rare materials. It was like these people she was now following were entirely different from the rest of the world, a world where humanity had barely begun to bloom into society.

But did she expect anything less from the people of Mu?

She thought at first that they had been reborn. That whatever place she was transported to harbored a bastion of Mu culture, one that had lived the rest of time. But the more she came to see the world outside, the more she realized something was amiss. The more it came to make sense.

Someway, somehow, time had changed. That day she came to find herself abandoned in the desert, she was not transported in another place; she had gone back to a different time. To the distant, forgotten past.

And she didn't know what to think of it.

It all seemed so foreign to her. Was it even possible? Was it all a dream, an invention of her imagination? The feeling of the feathers under her fingers seemed so real, however. The wooden decorations of the ship felt solid, firm under her elbow. Everything appeared clear to her. No, it couldn't be a dream. Even though she wanted to wake up, to find out it was all her imagination, she couldn't.

She sighed, and Pichu ruffled his wings a bit. Looking up, he pecked Zia's fingers gently to catch her attention, and she spared him a glance.

“Hey, buddy.”

“Zia sad?”

She didn't really know what to say, so she simply shrugged a little. She wasn't really sad, it was more like...apathy, perhaps. She could choose to be sad, of course; but what good would it do? She didn't like to waste tears on something so useless as a weird situation. They were to be saved for occasions that deserved them.

Like knowing she'd likely never see her friends again.

“I'm not sad. It's fine, I'm fine.”

She sat up a bit, noticing that she's been slouching. It wasn't good. She mustn't let herself down so much.

“Maybe a little...worried, if anything. But I'm not sad.”

“Tao...Tao, Esteban. Miss him.”

“I miss them too. But we'll get better, won't we? We'll find a way back, it's only a matter of time.”

She gave him a scritch under the beak, and this pleased him for a moment. But then he fluttered out of her grasp, landing on the arm of her chair instead.

“Back, back. On the Solaris!”

“It's true that this ship looks like the Solaris. It was built by the people of Mu, after all...”

In all her reflexions about it, she's never imagined them as such. They were much more...tall than she'd ever have thought. Yet they seemed gentle, unlike the bestial Urubus. She knew they were good people, if not a bit strange. But she's seen stranger in her life.

“Remember the people of Mu! Remember!!”

“It's not really remembering if they're still here.”

She couldn't help a chuckle, recalling her rather embarrassed interaction with Kane'Oro earlier. Oh, how she still cringed at it!

“I'd never thought I'd pronounce such words in my life. But this is true, now.”

She glanced around the room. It was one of the ship's many bedrooms, in which she's been invited to stay during their crossing of the Indian Ocean. Like all the other rooms, it was richly decorated: this one had an agricultural theme, with furniture and walls depicting fruit, strands of grain and more beasts she didn't recognize.

Ten thousand years before her time, the world still struggled to feed itself. People were relying on what they found in the wild to eat, and have not yet learned to sow; yet the civilization of Mu knew of agriculture, of cultivated grain and domesticated animals. The tribe of Ash-Feathers, as she has been told, still subsisted on wild plants despite being the most prominent society in this part of the African continent. Knowing these two civilizations existed within the same timeframe, and even managed to meet, struck her like nothing else. How come she was traveling aboard a powerful sun-powered ship, whereas the rest of the world still sailed on boats of reed and straw? Something felt wrong just thinking of it.

It was unnatural, to be fair.

[...]

:condor: The rest over at https://archiveofourown.org/works/25015 ... s/61132480 :condor:
:condor: Le meilleur personnage de toute la série, c'est la mère d'Esteban.:condor:

Deviantart -- Fanfictions
S1: 14/20
S2: 15/20
S3: 17/20

ImageImage
Este
Maître Shaolin
Maître Shaolin
Messages : 1646
Inscription : 02 avr. 2020, 15:06
Localisation : Kûmlar
Genre :
Âge : 13
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par Este »

J'adore quand il y a le Solaris !!
Saison 1 : 18/20 :D
Saison 2 : 13/20 :roll:
Saison 3 : 19/20 :-@ :-@ :-@
Saison 4 : 20/20 :-@ :-@ :-@ :-@ :-@

Perso préféré : Laguerra
Couple préféré : Mendoza et Laguerra
Avatar de l’utilisateur
Sandentwins
Vénérable Inca
Vénérable Inca
Messages : 682
Inscription : 20 juil. 2019, 14:27
Localisation : Derrière toi, avec un grand couteau.
Genre :
Âge : 22
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par Sandentwins »

Tout le monde s'amuse à faire sa fanfiction sur la saison 4, et je dois avouer que moi aussi j'ai mes idées. Mais je ne vais pas l'écrire directement, je préfère y faire référence à travers d'autres fics. Parce que j'ai autre chose à faire.

Toutefois, si j'avais à directement l'écrire, je crois que ça commencerait comme ça...


:condor: Saison 4 Episode 1: Aux Portes du Désert :condor:

Une fois encore, l'être de lumière est là.

Il se tient de dos, ses mains croisées et son regard tourné vers les étoiles. Il est vêtu de manière modeste, mais présentant une certaine élégance. Il ne dit rien, comme perdu dans la contemplation d'un ciel que Zia ne peut pas voir. Ses longues boucles brunes oscillent doucement dans une brise qu'elle ne sent pas; elle ne saurait dire s'il s'agit d'un homme ou d'une femme, mais la réponse est sans doute que cet être se tient au-dessus de telles notions.

Elle ne sait pourquoi, mais son corps dégage une douce et subtile aura. Comme si une lumière divine l'enveloppait, donnait à cette créature une origine hors de ce monde. Ses traits sont colorés d'un faible éclat pourpre, presque royal; elle devrait se sentir intimidée, apeurée, et pourtant elle reconnaît cette silhouette comme celle d'un vieil ami.

C'est alors que sa voix résonne. Une voix douce, androgyne, prononçant des mots qu'elle n'identifie pas, mais qu'elle peut déchiffrer.

« De toute ma vie, je n'ai jamais eu qu'un seul regret. »

Elle s'approche doucement, fascinée par cette voix qui semble venir d'au-delà de son corps. L'autre ne bouge pas, il ne fait que fixer le ciel, et Zia sent dans son attitude quelque chose qui la touche profondément. Comme si elle pouvait comprendre sa peine, en faire la sienne.

« J'aurais aimé voir le pays qui m'a vu naître. Le pays de ma mère. »

Lentement, il se retourne. Zia ouvre de grands yeux, déterminée à voir son visage cette fois-ci; mais avant qu'elle ne puisse lui donner forme, donner une identité à cette voix, tout s'assombrit. Tout s'écroule autour d'elle, et l'être de lumière disparaît une fois encore.


Et puis, elle ouvre les yeux.

Lentement, Zia se redressa, regardant autour d'elle. Les flammes du feu grésillant projetaient une chaude lumière sur leur camp de fortune, contrastée par le pâle croissant de lune brillant entre de maigres nuages. Il faisait encore sombre, et tout le monde dormait à poings fermés, du mieux qu'il fût possible de dormir sur cette herbe sèche.

Enfin, presque tout le monde.

Ne pouvant se rendormir, Zia se leva, et vint s'asseoir près de Mendoza. À la lumière du feu de camp, celui-ci s'affairait de tracer son compas sur une des cartes substituées à Ambrosius; plongé dans ses réflexions, il n'accorda pas un regard à la jeune fille. Elle ne voulut pas le déranger, malgré les questions qui lui taraudaient l'esprit; aussi se contenta-t-elle de regarder les flammes crépiter faiblement dans la nuit.

Tout était calme. L'air était chaud, encore bercé par les cris des cigales provenant des buissons environnants. Pas une bête à l'horizon, pas un danger dans le ciel nocturne. Un rare moment de paix s'offrait à eux, et pourtant elle le passait à se poser des questions sans but.

« Tu ferais mieux d'aller te coucher. », lui dit alors Mendoza. « Nous avons une longue journée qui nous attend demain. »

« – Je n'arrive pas à dormir. »

Ramassant une brindille tombée du feu, elle piqua les tisons d'un air distrait. Ils grésillèrent de plus belle le temps d'un soupir, avant de se calmer à nouveau et de se cacher dans les cendres.

« Je te comprends. », répondit Mendoza. « Ce n'est pas très facile pour moi non plus. »

Il traça quelques traits sur la carte, invitant le regard de Zia à s'y aventurer un moment. Elle vit le chemin qu'ils avaient emprunté ces deux derniers jours, survolant la péninsule d'Arabie en direction de l'ouest. C'était là le seul indice dont ils disposaient: à part ça, ils étaient livrés à eux-mêmes.

« Où est-ce que nous irons? », demanda-t-elle. « Nous ne savons pas quelle direction suivre. »

« – Nous pourrions toujours sillonner le désert à la recherche d'une piste. Mais quelque chose me dit que ce sera très vite lassant. »

Zia ne put retenir un sourire. Malgré son grand sérieux, Mendoza savait délivrer quelques paroles amusantes, dont son moral avait grandement besoin.

« Nous aurons plus de chances de trouver quoi que ce soit si nous retournons d'abord à la civilisation. Si nous partons assez tôt, nous devrions rejoindre El-Qahira dès demain. »

Zia se pencha un peu plus sur la carte.

« L’Égypte? »

« – C'est une province ottomane. Malik m'a parlé de certains de ses vieux amis qui habitent là-bas; peut-être sauront-ils nous aiguiller. »

« – C'est une bonne chose. »

Le feu faiblissait lentement, rendant la lecture difficile. Zia voulut jeter sa brindille aux flammes, mais rata sa cible et la fit tomber dans l'herbe. Elle esquissa un mouvement pour se relever, mais s'interrompit.

À la place, elle leva la main, et fronça les sourcils. D'un tremblement, la brindille se leva d'elle-même, et se posa lentement sur les branches enflammées d'un geste de son doigt. C'était devenu si facile, maintenant, que Zia pourrait presque l'envisager être une seconde nature.

Mendoza ne dit rien, même si ce geste étrange lui fit lever un sourcil. Ce n'était pas à lui de commenter quoi que ce soit. Mais Zia sentait sa pensée, sentait qu'il voulait dire quelque chose; aussi se décida-t-il à changer de sujet.

« Tu dors comme un bébé, d'habitude. Qu'est-ce qui te préoccupe tant? »

Zia détourna le regard, fixant les flammes. Que lui répondre? Pouvait-elle être honnête avec lui? Il n'avait jamais été méchant à son égard, malgré ses premières impressions, et elle ne voulait pas lui manquer de respect. Mais exposer ses doutes les plus profonds n'était pas la bonne solution non plus.

Elle soupira.

« ...depuis que nous avons quitté la Cité...je me suis mise à faire des rêves étranges. »

« – Étranges comment? »

« – Comme...en fait, il s'agit du même rêve. Depuis deux jours, je rêve de quelqu'un. »

Elle se rendit soudainement compte que sa phrase pourrait porter à confusion, aussi se hâta-t-elle de reprendre.

« Je veux dire...il y a quelqu'un qui me parle. Il me dit toujours la même chose, mais...je ne m'en souviens plus exactement. »

« – Est-ce quelqu'un que tu connais? »

« – Non. Et pourtant...c'est comme si nous étions proches. »

Mendoza acquiesça.

« Tu sais, tu ne devrais pas t'inquiéter pour si peu. Les rêves sont absurdes, le fruit de ton esprit qui passe le temps. À y chercher des significations, on se perdrait. »

« – Pourtant, je me demande s'il n'y a pas quelque chose là-dessous. Mais je n'ai aucune idée de quoi. »

Les flammes crépitèrent à nouveau.

« Peut-être qu'il te faut dormir encore plus, alors. Et essayer d'en trouver la signification. »

Lentement, sa main tapota son épaule pour la réconforter. Zia s'en sentit toute petite, comme il y a déjà presque deux ans de cela.

« Tu as raison. », finit-elle par avouer. « Après tout, ce ne sont pas des cauchemars. Ça me passera. »

« – Ça passera sûrement, en effet. »

Zia acquiesça. Elle savait qu'elle devait essayer de se rendormir, et pourtant elle ne s'en sentait pas la force. C'était stupide, elle le savait, et pourtant tout cela la taraudait encore. Le vol du double médaillon, leur échappée de la Cité de Kûmlar, et cette étrange impression qu'elle avait eue; tout cela lui trottait dans la tête. Elle ne voulait pas aller se coucher, pas alors que son esprit refusait de lâcher prise.

Mendoza comprit sûrement. Son travail terminé, il enroula la carte et se releva.

« Ne veille pas trop tard, alors. »

Zia acquiesça d'un air distrait. C'est alors qu'elle sentit quelque chose de chaud sur ses épaules, qui la surprit: Mendoza venait de lui laisser sa cape. Elle se retourna pour lui parler, mais il s'était déjà allongé dans l'herbe, le dos tourné. Aussi resta-t-elle assise devant le feu, munie de ce doux rempart dressé tant contre la brise froide du désert que contre ses doutes intempestifs.

Bientôt, se dit-elle. Plus que trois Cités à trouver, et toutes les questions auront leur réponse.
20200713_002737.jpg
~~~~~

Le marché regorgeait d'activité. Entre les étals de marchandises rares et colorées, parmi les voix de la foule qui se prélassait dans ses emplettes, il aurait été facile de se perdre. Mais si l'on connaissait bien son chemin, tout était possible.

Sous le soleil de midi, l'un des étals montrait de délicieux fruits rapportés du Nord, dont la simple idée aurait suffi à mettre l'eau à la bouche de n'importe qui. Cela faisait un bon moment déjà que l'enfant les convoitait, observant les alentours depuis l'ombre d'une ruelle. Dans la cohue générale qui envahissait les rues, personne ne lui prêterait attention; toutefois, il porta tout de même une main à son ventre pour essayer d'en taire les gargouillis. La morale et la loi étaient de bonnes raisons, mais mêmes elles ne sauraient surpasser le simple instinct humain de la survie.

Un client attira l'attention du marchand, qui se détourna. C'était le moment. À pas de loup, l'enfant sortit de sa cachette, et sa petite main se saisit d'une grenade mûre. Il la cacha sous son habit et pressa le pas dans la direction opposée. Il ne pouvait pas y croire: il avait réussi! Son petit cœur battait à s'en rompre, rien qu'à l'idée du festin qu'il allait vivre; mais alors qu'il relâchait sa vigilance, une main étrangère se saisit de lui.

« Je te tiens, espèce de sale petit voleur! »

L'enfant se figea, laissant tomber sa prise. Il voulut s'enfuir, mais l'autre était plus fort, et l'agrippa bien trop facilement.

« Tu pensais pouvoir t'enfuir, hein? Tu sais ce qu'il en coûte de voler ce qui ne t'appartient pas!? »

« – Lâchez-moi! », supplia l'enfant. « Laissez-moi, je vous en supplie! »

Il essaya de se délivrer, de s'échapper, mais il était bien trop faible pour lutter. Le garde l'entraîna dans l'autre direction avec une facilité sans égale, non sans attirer les regards et les chuchotements des passants.

« S'il vous plaît, laissez-moi! J'ai rien volé! »

« – Ah non? Et ça, qu'est-ce que c'est, hein?! »

Dans la panique, l'enfant avait laissé échapper de son habit un morceau doré. Le garde s'en saisit d'un geste, révélant une lourde broche d'or en forme de faucon.

« Et en plus, tu as pillé un temple! Cette fois, tu as commis ton dernier crime! »

« – Je l'ai pas volée! C'est la mienne, je le jure!! »

Il se mit à pleurer, tentant désespérément de reprendre son bijou. Mais il se fit repousser à terre, tombant dans un nuage de poussière qui l'aveugla pendant une seconde.

C'est alors que quelqu'un cria.

L'enfant ne se releva pas tout de suite, ses yeux embués de larmes et son cœur de panique. Le cri se répercuta, plusieurs passants s'affolant de quelque chose qu'il ne pouvait pas voir. Il parvint à relever la tête, et constata qu'un nuage avait assombri la place du marché.

Mais ça ne pouvait pas être un nuage. Un nuage ne descendrait pas vers eux, et ne causerait pas une telle panique.

Rapidement, il se remit debout, regardant autour de lui. Dans le sursaut de panique général, on l'avait relâché; un instant plus tard, il repéra l'éclat doré de sa broche. Ni une ni deux, il se précipita pour l'arracher au garde, et courut aussi vite que possible entre les étals et les passants. Heureusement, tout le monde était bien trop préoccupé par le nuage sombre pour se soucier de lui, à son grand bonheur.

Il parvint à se faufiler hors du danger, se servant des passages habituels qu'il avait repérés au fil des années. Une fois sa cachette atteinte, il épingla sa broche à son habit, la cachant soigneusement; enfin seulement daigna-t-il s'intéresser à ce qui se tramait.

Le nuage était descendu sur terre, et peu à peu dissipé. Depuis son promontoire situé sur les toits de la ville, le petit rouquin pouvait voir ce qui se passait. Sous les morceaux de tempête, un bateau venait d'apparaître: un bateau ailé descendu du ciel. Pour peu, il aurait volontiers cru voir la barque de Rê elle-même, mais ce bateau ne ressemblait pas du tout aux vieilles histoires dont il se souvenait. Il y avait des hommes à bord, qui n'avaient pas l'air d'ici; curieux, il les observa débarquer.

Il se rendit compte que son poignet lui faisait mal, là où le garde l'avait agrippé. Sans doute aurait-il un vilain bleu, mais il ne s'en inquiétait pas. À la place, il se contenta de prendre son poignet en main, et de prononcer la bonne vieille formule.

« En arrière, en arrière. Retourne le mal, fleuris le désert. »

Il la répéta dans un souffle, fermant les yeux. L'espace d'un instant, la douleur revint aussi vive que sur le coup; mais il n'eut même pas le temps de souffrir, car déjà elle était repartie. Il n'en restait plus rien.

L'enfant sourit. Une fois de plus, sa prière avait fonctionné. Tant qu'elle fonctionnerait, il n'aurait rien à craindre.

Un bruit venant de non loin le surprit. Il ne valait pas mieux rester là; se frayant un chemin à travers les toits de la ville, il se hâta de redescendre et de rejoindre une autre cachette. Comme d'habitude, se dit-il.

Personne ne saura jamais qu'il avait été là.




Et oui, c'est Herwa de Après la Pluie. Le monde est petit, décidément!
Y'aura pas de suite.
Dernière modification par Sandentwins le 13 juil. 2020, 23:40, modifié 2 fois.
:condor: Le meilleur personnage de toute la série, c'est la mère d'Esteban.:condor:

Deviantart -- Fanfictions
S1: 14/20
S2: 15/20
S3: 17/20

ImageImage
Este
Maître Shaolin
Maître Shaolin
Messages : 1646
Inscription : 02 avr. 2020, 15:06
Localisation : Kûmlar
Genre :
Âge : 13
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par Este »

Super chapitre et en plus en français !!
Saison 1 : 18/20 :D
Saison 2 : 13/20 :roll:
Saison 3 : 19/20 :-@ :-@ :-@
Saison 4 : 20/20 :-@ :-@ :-@ :-@ :-@

Perso préféré : Laguerra
Couple préféré : Mendoza et Laguerra
Avatar de l’utilisateur
ziaguerra
Vénérable Inca
Vénérable Inca
Messages : 594
Inscription : 30 mars 2020, 17:46
Genre :
Âge : 14
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par ziaguerra »

J'adore aussi. C'est une scène assez réaliste qui pourrait se passer dans la saison 4 de BS.
Et, enfin Mendodo laisse sa cape sur l'un des 3 enfants ! :-@ :-@ :-@
Aussi non, bah j'ai rien à dire de plus.
C'est juste perfecto.
Saison 1: 18/20
Saison 2: 16/20
Saison 3: 20/20
Saison 4: 19,5/20

Trio préféré: :Esteban: :Zia: :Tao:
Perso préféré: :Laguerra:
Couple préféré : :Mendoza: :Laguerra:

Vous êtes blessée ? Je survivrai. 8)
Este
Maître Shaolin
Maître Shaolin
Messages : 1646
Inscription : 02 avr. 2020, 15:06
Localisation : Kûmlar
Genre :
Âge : 13
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par Este »

ziaguerra a écrit : 13 juil. 2020, 11:32 J'adore aussi. C'est une scène assez réaliste qui pourrait se passer dans la saison 4 de BS.
Oui j'aime bien que ce soit une fanfiction de la saison 4.
Saison 1 : 18/20 :D
Saison 2 : 13/20 :roll:
Saison 3 : 19/20 :-@ :-@ :-@
Saison 4 : 20/20 :-@ :-@ :-@ :-@ :-@

Perso préféré : Laguerra
Couple préféré : Mendoza et Laguerra
Avatar de l’utilisateur
Sandentwins
Vénérable Inca
Vénérable Inca
Messages : 682
Inscription : 20 juil. 2019, 14:27
Localisation : Derrière toi, avec un grand couteau.
Genre :
Âge : 22
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par Sandentwins »

C'est qu'une seule scène. Idéalement, j'aurais voulu faire tout un épisode, mais dans mon style narratif faire un truc de 22 minutes c'est juste bruh. Peut-etre un jour. Ou pas.

Etre scénariste c'est pas facile. Au moins la fanfiction laisse une liberté de format.
:condor: Le meilleur personnage de toute la série, c'est la mère d'Esteban.:condor:

Deviantart -- Fanfictions
S1: 14/20
S2: 15/20
S3: 17/20

ImageImage
Este
Maître Shaolin
Maître Shaolin
Messages : 1646
Inscription : 02 avr. 2020, 15:06
Localisation : Kûmlar
Genre :
Âge : 13
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par Este »

Je sais que c'est une seule scène mais c'est quand même super !!
Saison 1 : 18/20 :D
Saison 2 : 13/20 :roll:
Saison 3 : 19/20 :-@ :-@ :-@
Saison 4 : 20/20 :-@ :-@ :-@ :-@ :-@

Perso préféré : Laguerra
Couple préféré : Mendoza et Laguerra
Avatar de l’utilisateur
Sandentwins
Vénérable Inca
Vénérable Inca
Messages : 682
Inscription : 20 juil. 2019, 14:27
Localisation : Derrière toi, avec un grand couteau.
Genre :
Âge : 22
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par Sandentwins »

Allez, va. Pour le fun, j'ai un peu étendu l'écrit précédent, enchaînant sur la prochaine scène de l'épisode hypothétique. Parce que j'avais envie.
Est-ce que je vais continuer? Je pense pas, j'avais juste envie de faire celle-là.
:condor: Le meilleur personnage de toute la série, c'est la mère d'Esteban.:condor:

Deviantart -- Fanfictions
S1: 14/20
S2: 15/20
S3: 17/20

ImageImage
Este
Maître Shaolin
Maître Shaolin
Messages : 1646
Inscription : 02 avr. 2020, 15:06
Localisation : Kûmlar
Genre :
Âge : 13
Statut : Hors-ligne

Re: "Sa Machine Ailée" et autres histoires

Message par Este »

Dommage ! Mais c'est quand même déjà cool !
Saison 1 : 18/20 :D
Saison 2 : 13/20 :roll:
Saison 3 : 19/20 :-@ :-@ :-@
Saison 4 : 20/20 :-@ :-@ :-@ :-@ :-@

Perso préféré : Laguerra
Couple préféré : Mendoza et Laguerra
Répondre