[FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

C'est ici que les artistes (en herbe ou confirmés) peuvent présenter leurs compositions personnelles : images, musiques, figurines, etc.
Répondre
Avatar de l’utilisateur
Marcowinch
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 337
Inscription : 12 nov. 2018, 18:36
Localisation : Villeneuve d'Ascq
Âge : 47

[FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par Marcowinch »

Depuis que j'ai vu la fin de la saison 4 et bien que cette fin me semble satisfaisante. Je n'ai pas envie de laisser tomber mes héros :)
Aussi, voici une suite qu'en toute humilité, j'espère la plus fidèle possible... N'hésitez pas à me signaler mes éventuelles erreurs, incohérences ou défaillances. Merci. :) La série est tellement riche qu'il se peut que je commette des erreurs.
J'essaierai d'avancer au rythme d'un chapitre par semaine, en fonction de mes disponibilités et de l'inspiration ;)
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Liens rapides :
Chapitre 1 : Début de l'aventure ? (voir juste après)
Chapitre 2 : L'Ordre du Condor : viewtopic.php?p=104311#p104311
Chapitre 3 : L'Heur de Tao : viewtopic.php?p=104370#p104370
Chapitre 4 : La Décision de la Princesse viewtopic.php?p=104436#p104436
Chapitre 5 : Le secret du sicaire viewtopic.php?p=104460#p104460
Chapitre 6 : La Sublime Porte viewtopic.php?p=104522#p104522
Chapitre 7 : Topkapi viewtopic.php?p=104654#p104654
Chapitre 8 : Byzas viewtopic.php?p=104802#p104802
Chapitre 9 : Ivan viewtopic.php?p=104934#p104934
Chapitre 10 : Kolomenskoïe viewtopic.php?p=105054#p105054
Chapitre 11 : Les âmes qui résonnent viewtopic.php?p=105201#p105201
Chapitre 12 : L'Anneau d'Or viewtopic.php?p=105343#p105343

La 8e Cité
Chapitre Premier : début de l'aventure ?


Un lieu hors du temps et de l'espace, où les lumino-projections des Sept Cités d'Or resplendissent en permanence...
Sur une grande estrade de marbre blanc, une immense table dorée a été placée, entourée de neuf chaises des plus confortables. Sept de ces sièges sont occupés par Rana'Ori et ses Naacals. Deux chaises sont encore vides. Mais voici qu'Esteban arrive, tenant délicatement la main de Zia.
Les deux enfants, liés par un fantastique destin commun ainsi que, tout récemment, par l'amour, marchent en direction de la table. Ayant toujours du mal, malgré les semaines passées en ce lieu étrange, à détourner leurs regards des fabuleuses Cités visibles à l'horizon, ils avancent néanmoins d'un pas assuré.
Au bout de quelques instants, ils s'installent côte à côte sur les deux sièges vaquants. Esteban prend alors la parole...

« Votre Altesse, dit Esteban à l'intention de Rana'Ori, vous avez souhaité nous voir ?
-  En effet, mon garçon, dit la souveraine : cela fait plusieurs semaines que Zia et toi êtes ici, et vous aviez besoin de repos et méritiez de pouvoir profiter de ce lieu unique, qui vous intriguait tant. Il vous reste encore beaucoup à découvrir, mais le temps ne s'écoule pas à la même vitesse ici que dans votre monde et il y a un sujet, une menace grave que nous devons aborder et je crains que vous ne deviez retourner dans votre monde sous peu.
- Une menace ? S'étrangle Zia de surprise, portant la main à sa bouche. De quoi s'agit-il ?
- Vous n'êtes pas sans savoir que Muens et Atlantes se livraient une guerre féroce. Nous en avons payé le prix fort : la fin de nos civilisations, et sans votre aide, le Grand Cataclysme aurait également mis fin à l'humanité entière.,,Mais Mu et Atlantes n'étaient pas les seules civilisations avancées.,, Au moment du déclin de nos empires, une troisième civilisation, avancée elle aussi, profita du chaos régnant pour dérober plusieurs de nos inventions et secrets...Accaparés que nous étions par la mise en place des moyens destinés à éviter le grand cataclysme, nous n'avons pas pu récupérer à temps ces inventions...
- De ce que nous savons, poursuit un des Naacals, cette civilisation possédait une unique Cité. Nous en ignorons l'emplacement exact mais elle serait située bien au nord des pays que vous avez pu survoler... Mais cette civilisation a disparu sans laisser de traces, à peu près au moment où le Grand Cataclysme a été annoncé. Nous supposons que, tout comme les Olmèques choisirent de se plonger en hibernation, comme vous nous l'avez rapporté, les habitants de cette Cité ont fait la même chose..
- S'ils se réveillent, reprend Rana'Ori, armés de leurs avancées scientifiques et des secrets qu'ils nous ont volés, ils n'auront aucun mal à conquérir le monde. Pour le bien de la planète, il vous faut les en empêcher...
- Mais, dit Esteban légèrement agacé, ne pouvez-vous pas le faire vous mêmes ? Nous ne sommes que des enfants...
- C'est vrai, renchérit calmement Zia, nous avons certes réussi à éviter le Cataclysme, mais nous avons eu énormément de chance et si nous n'avions pas eu l'aide de Tao, Mendoza, Laguerra, de Sancho, Pedro, ainsi que celle de tous ceux que nous avons croisé, nous n'avions aucune chance.
- Les Naacals et moi même, nous ne pouvons plus quitter ce monde. Nous y sommes désormais beaucoup trop liés. C'est difficile à expliquer car vous n'avez pas les connaissances scientifiques dont nous disposons mais, dit simplement, si nous le quittions, il disparaîtrait également avec nous ainsi que le peu qui reste de notre héritage... Mais vous, vous n'êtes pas encore trop liés à ce monde. Si vous le quittiez, vous n'en seriez pas affectés.
- Pas question que Tao, Mendoza, Laguerra,..., et tous nos amis rencontrés, souffrent de cette menace, dit Esteban d'un air décidé en se tournant vers Zia.
- Oui, approuve Zia en hochant la tête vers lui, mais il faudrait que nous retrouvions Tao et lui demandions son aide. C'est lui le plus malin parmi nous.
- Ouais ! Enfin, c'est peut être lui le plus malin, minaude Esteban en fronçant légèrement un sourcil et regardant ses ongles, mais c'est pas le plus courageux...Il est toujours à trop réfléchir. Et puis, c'est moi le Fils du Soleil ! rajoute Esteban en bombant ostensiblement le torse.
- Ahah ! rit Zia. Ne t'inquiètes pas : tu es toujours mon Fils du Soleil préféré ! Dit-elle en lui adressant un clin d'oeil puis lui faisant une bise sur la joue, ce qui embarrasse un peu Esteban.
Rana'Ori se réjouit de la tendresse entre les deux enfants, non : des adolescents pense-t-elle, puis elle ajoute :
- Empruntez l'un des portails, le plus proche de votre ami. Avertissez-le de la menace. Je ne doute pas que vous serez capable d'empêcher un funeste destin de s'accomplir...
- Zia, dit Esteban, Tao nous a dit qu'il se rendait au Temple Mémoire de Pattala. C'est le portail vers Sûndagatt qui est le plus proche...
- Oui, dit Zia, mais tu oublies que la Cité est sous l'océan. Impossible pour nous de nous y rendre. Mieux vaudrait emprunter le portail de Kûmlar...
Esteban hoche la tête d'approbation.
- Nous allons le prévenir, annonce le Fils du Soleil.
- Bien ! Conclut Rana'Ori. Je regrette que nous nous quittions déjà car vous êtes vraiment des enfants exceptionnels et avez déjà tellement fait pour nous et le monde ! Mais sachez que vous êtes bien plus que des élus, que vous avez toujours été maîtres de vos destins et avez toujours accompli ce que vous vouliez. Une fois encore, le destin du monde est entre vos mains et je suis consciente du poids qui pèse sur vos épaules. Mais malgré ce fardeau, je ne doute pas que vous réussirez. Utilisez les artefacts que vous aviez trouvé. Ils devraient vous aider.
- Nous réussirons, assure Esteban.
- Entendu, annonce Zia en se levant de table. Viens Esteban, dit-elle en lui tendant la main, il faut que nous partions immédiatement. »

Sur ce, Esteban se lève à son tour, suivi de Rana'Ori et les Naacals. Les enfants saluent respectueusement Rana'Ori ainsi que les Naacals qui, de leur côté, s'inclinent devant les deux enfants. Puis, tous se dirigent vers le portail de Kûmlar.
Arrivés à proximité, Esteban et Zia activent le portail via le double médaillon.
« Remettez ceci à Tao, s'il vous plaît, dit un Naacal en tendant aux enfants un petit coffret de bois fermé. Il saura quoi faire de son contenu et cela pourra vous aider,,.
- Une dernière chose, leur indique Rana'Ori tandis qu'Esteban et Zia gravissent les dernières marches menant au portail et s'apprêtent à le traverser. N'oubliez jamais de profiter de votre vie. Les événements se sont enchaînés pour vous et ce, depuis fort longtemps. Mais profitez de chaque instant de répit dont vous disposez et, une fois cette ultime menace éliminée, soyez heureux, vous et vos amis. Vous le méritez tous amplement.
- Merci, Princesse, saluent en choeur Esteban et Zia. Au revoir !" Saluent-ils.

Puis, se tenant la main et après avoir échangé un regard, à la fois inquiets et pressés de repartir à l'aventure, les enfants franchissent le portail.

-------------------------------------------
Naples, Italie, Salle du Trône de Castel Nuovo, milieu de journée.
Un grand soleil illumine Naples et,au dehors du Château, l'on entend les clameurs de la foule de passants qui s'agitent. Dans la salle du Trône, deux individus discutent. L'un, visiblement membre de la noblesse espagnole, s'adresse à un petite forme vêtue d'une robe similaire à celle d'un moine. On ne le voit que de dos. De part et d'autre du trône se trouvent des gardes espagnols en armures..
- "Vous avez le culot de venir me trouver et me déranger de mes affaires d'état ? Dites-moi, juste, petit homme, pourquoi je ne vous ferai pas simplement donner le fouet ou vous pendre haut et court ?s'exclame Charles Quint, empereur
La caméra se tourne vers son interlocuteur et nous découvrons... Ambrosius !!! Dépareillé de son exosquelette, il apparaît à nouveau sous son vrai jour, petit, mesquin et fourbe. Il ne paraît pas inquiet du ton de son interlocuteur. Au contraire, il garde son calme.
- Votre Altesse, dit l'alchimiste sur un ton neutre, il me semblait important de vous avertir de la trahison d'Isabella Laguerra...Un de vos meilleurs agents ! Elle a traité avec votre ennemi, François 1er, il y a à peine quelques mois. J'en ai été témoin ! Qui sait lesquels de vos secrets les plus importants elle lui a révélé ! Elle a compromis la sécurité de votre Empire ! En tant que loyal sujet, il me semble important de vous aider à la capturer et à la traduire devant votre justice !
- En effet, elle a du me trahir car elle ne m'a jamais fait ses derniers rapports ! Tonne le souverain. Je suis donc enclin à te croire. Elle mérite donc la mort ! Mais comment pourrais-tu m'aider ? Elle peut être n'importe où dans le Monde. Et qu'as-tu à gagner de sa capture, vil personnage ? Je ne suis pas dupe, je sais bien que tu agis aussi dans tes propres intérêts...
- Sire, elle et ses compagnons m'ont volé des objets personnels, auquel je tiens énormément. Appellons cela des « objets de famille », si vous voulez, dit Ambrosius, un léger sourire en coin. Quant à la retrouver, sachez, Altesse, qu'elle voyage en étrange compagnie, qui n'est pas vraiment discrète, plusieurs marins, des enfants, et tout cela à bord d'une étrange machine volante qui doit attirer l'attention et dont je pourrai vous amener le secret de fabrication.Ambrosius écarte les bras pour renforcer ses dires. Quelqu'un a forcément vu une telle machine si unique !
- Tout ce que tu me dis semble incroyable, manant ! Des marins à bord d'une machine volante ! Cela semble très fantaisiste, même pour toi, l'alchimiste. Mais je connais ton esprit rationnel et tes qualités de savant, dans ton domaine. Aussi, bien que cela me semble encore incroyable, je vais accèder à ta demande de m'aider à la retrouver. De quoi as-tu besoin ? Car j'imagine que si tu n'avais pas eu besoin de ressources, tu aurais déjà mené ta quête de tes « objets de famille », dit-il en plissant les yeux, en toute indépendance,,,
- Mon Roi, J'aurai besoin de quelques hommes de main de confiance, capables de suivre des ordres, même quand ceux-ci leur semblent, disons, « particuliers » ...J'aurai également besoin d'un peu d'or pour délier les langues des gens ayant pu apercevoir l'équipage que nous recherchons. Mes récentes expéditions ne m'ont pas permis de gagner la somme nécessaire...
- Bien, tu auras tout cela. Mais je n'ai pas que cela à faire et nul temps pour faire un procès à Laguerra. Aussi, un de mes meilleurs « asesino » va t'accompagner.
- Un assassin, Sire ? Dit Ambrosius les yeux emplis de joie mauvaise.
- Oui. Il s'occupera de Laguerra et de quiconque s'interpose entre elle et ma volonté. Va à l'intendance, demandes leur l'or dont tu as besoin et dis leur aussi que Donato doit t'accompagner et s'occuper de Laguerra...Sur ce, vas-t'en, et ne reviens pas pour me demander autre chose. Au moins pas sans cette fameuse machine volonte dont tu as parlé. Sinon, la prochaine fois que nous nous verrons, ce sera de toi dont mes asesino s'occuperont.,,
- Bien, Sire. Je n 'échouerai pas,  dit Ambrosius, en se retournant et marchant vers la porte de sortie.Ils auront tous ce qu'ils méritent, tous !" Ajoute-t-il, à voix basse, se frottant les mains...

---------------------------------
Environs de Kûmlar, près d'Ormuz, Iran. Fin de journée.
Deux formes familières émergent d'un portail, qui disparaît presque aussitôt.
"Je n'en reviens pas, dit Esteban. Il fait bientôt nuit ici. Et la température baisse rapidement aussi, mais ça, c'est parce que nous sommes dans le désert. Dans l'autre monde, il faisait toujours jour en tous cas..
- Souviens-toi, dit Zia. Rana'Ori nous a dit que le temps ne s'y écoule pas de la même manière qu'ici. Si cela se trouve, peut être que beaucoup de temps s'est écoulé.
- J'espère pas ! dit Esteban : si Tao a beaucoup grandi, et qu'il est devenu adulte ou une sorte de grand sage, dit-il en agitant ses mains et en prenant un air terrifié, ça va nous faire bizarre de le retrouver et il risque de nous traiter de haut ! L'horreur !
- Hihihi ! Pouffe Zia. Oui, cela serait curieux. Mais nous ne sommes pas restés si longtemps que cela dans l'autre monde : je crois que cela devrait bien se passer. Enfin, j'espère...
- Il fera aussi moins le malin quand nous lui raconterons tout ce que nous avons vu ! Promet Esteban.
- Nous devrions nous mettre en route tout de suite, décide Zia : en journée il risque de faire très chaud !
- Tu as raison, Zia, dit Esteban. Nous allons avoir une belle route à faire jusque Pattala. Et sans Condor en plus ! Ca va faire loin. Autant se mettre en route tout de suite...
- Allons en direction du camp des Chaldis ! indique Zia. Il nous aideront sûrement à nouveau..."

Esteban hoche la tête. Puis les enfants se mettent en route.

-----------------------------------------------------------------------
Naples, Italie. Intendance espagnole. Fin de journée.
Ambrosius frappe, de sa main gantée, à la porte du bâtiment de l'intendance espagnole. C'est une bâtisse imposante, lourdement gardée : des soldats espagnols surveillant les environs.
Au bout d'un cours instant, la porte s'ouvre, laissant apercevoir un homme trapu.

"Je suis en service commandé pour notre Roi, dit Ambrosius. Il m'a dit que vous deviez me mettre en relation avec un certain Donato, et j'aurai également besoin d'or, ainsi qu'un peu de « matériel ».
- Un des serviteurs de son Altesse nous a prévenus que vous viendriez. Entrez donc, dit l'homme. Je vais appeler Donato.
Ambrosius entre et suis son interlocuteur jusqu'à une pièce remplie de caisses et coffres en tous genres.
- Faites votre choix d'or et de matériel. Je reviens de suite, dit son interlocuteur. Puis, il s'éloigne.
- Eh bien, eh bien, qu'avons nous là ? Se dit l'alchimiste à lui même..
Il ouvre les coffres un par un, fouillant les différents contenus.
- Non, cela n'ira pas. Ca non plus. Ah ça c'est trop lourd Il faut quelque chose de plus résistant...Ah, ça c'est mieux, dit-il finalement en exhibant un morceau de planche très solide. Il le remet dans le coffre et le déplace dans un coin de la pièce.
Il ouvre de nouveaux coffres, jusqu'à prendre quelques sacs d'or.
Au bout d'un moment, la porte s'ouvre. Il se retourne et voit son interlocuteur, suivie d'une grande silhouette cachée dans l'ombre de la porte.
- Voici Messire Donato Succo, dit l'homme trapu en s'écartant pour laisser passer le nouvel arrivant.
- J'ai entendu dire que vous saviez vous occuper de personnes gênantes, dit Ambrosius en se retournant vers eux.
- En effet, dit l'individu, toujours dans l'ombre, d'une voix glaciale, avec un accent italien, sortant une épée de Tolède et la faisant légèrement tournoyer. C'est ma spécialité. De qui faut-il que je m'occupe ?
- Je vous le dirai quand nous serons en route, répond l'alchimiste faisant signe à l'intendant d'amener les coffres choisis. Vous, faites amener ces coffres à mon campement. Nous allons partir de suite.
L'intendant maugrée mais accepte et fait appeler des serviteurs qui soulèvent les coffres.
- Messire Donato, si vous voulez bien me suivre, je vous expliquerai tout lorsque nous serons à bord de mon véhicule. La discrétion est de mise...
- Comme vous voudrez, répond simplement et imperturbablement Donato, toujours invisible...
Ils se dirigent vers l'extérieur de la ville, dans un endroit reculé dans lequel ambrosius a dissimulé la machine Olmèque. Durant un cours instant, les serviteurs portant les coffres, ainsi que l'individu nommé Donato semblent surpris par ce qu'il voient.
- Quelle est cette chose ? Dit Donato.
Ravi de la surprise du tueur, Ambrosius accepte de répondre de bonne grâce à sa question.
- C'est un engin volant de ma conception, ment Ambrosius. Nous allons avoir de grandes distances à parcourir, il nous faut un tel appareil. Il n'y a que moi qui puisse le piloter. Venez, montez à bord. Et vous, dit-il en s'adressant aux larbins, chargez ces coffres et déguerpissez. Mon séjour ici n'a que trop duré.
Les serviteurs, toujours incrédules, s'exécutent. Puis, une fois ceux-ci partis, Donato sort enfin de l'ombre et montre un visage terrifiant, couvert de cicatrices, ainsi que des cheveux blonds et des yeux bleus acérés et un nez d'aigle. Grand, svelte et musclé, vêtu d'une brigandine de cuir noir portée par dessus une chemise de lin grise, son épée pendant à sa droite et une dague à sa gauche, il se déplace aisément semblant presque flotter sur l'air. Ses bottes de cuir n'émettent aucun son. Aucun doute, c'est bel et bien quelqu'un tout à fait capable de se fondre dans les ombres...
- Et où allons-nous, "Maître" Ambrosius ? Dit Donato.
- Ah ! « Maître » ! Comme cela me manquait ! Dit Ambrosius levant les yeux en l'air. Puis, alors que le soleil commence à se coucher, il prend les commandes, et la machine Olmèque, dont les « yeux » rouges s'illuminent sinistrement, décolle puis fonce plein sud. Eh bien, voyez-vous, nouvel ami que vous êtes, pour retrouver celle que nous cherchons, nous allons devoir déjà faire une petite escale...à Zimbabwe !"

Fin du Chapitre.

Esteban et Zia arriveront-ils à retrouver les Chaldis et recevoir à nouveau leur aide ? Quel noir dessein Ambrosius projette-t-il ? Pourquoi veut-il se rendre à Zimbabwe ? Et ce mystérieux Donato, qui est-il vraiment ? Vous le saurez en lisant le prochain chapitre des Mystérieuses Cités d'Or !

Documentaire

En son temps, Charles Quint était le souverain le plus puissant d'europe. Né au Pays-Bas, il hérita de l'Espagne, des Pays-Bas, du Royaume de Naples (en Italie) et de possessions autrichiennes. Il doit ce puissant héritage a un concours de circonstances exceptionnelles et à des mariages de ses parents et ses proches. Il voulait unire tous les pays chrétien sous sa coupe...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles_Quint

Le Scoop de Pichu

Au XVIe siècle, l'italie était divisée en royaumes. Le Royaume de Naples avait son propre Château, Castel Nuovo.
Son nom voulait le distinguer des Châteaux plus anciens. Il fut la résidence italienne des rois espagnols lors de leurs visites, comme celles de Charles Quint. Depuis sa construction, le Château a été agrandi et rénové plusieurs fois...
https://fr.wikipedia.org/wiki/Castel_Nuovo

Au revoir, a bientôt !

Chapitre suivant : L'Ordre du Condor : viewtopic.php?p=104311#p104311
Dernière modification par Marcowinch le 09 avr. 2021, 18:33, modifié 13 fois.
*** Ma fanfic MCO :)***
J'espère qu'elle vous plaira :D

:Esteban: Ben voyons, Pattala ! C'est pas dans ce coin-là que vit la jolie Indali ? :tongue:
Avatar de l’utilisateur
annette26
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 132
Inscription : 25 janv. 2021, 18:23
Genre : Femme
Âge : 21

Re: [FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par annette26 »

Félicitations pour cette suite , je l'aime déjà :x-): J'ai tellement hâte que sorte le second chapitre :-@ Je me demande ce que va faire :Ambrosius: , à mon avis il va reconstruire son exosquelette et se déguiser à nouveau en :Zares: :twisted: , ce serait trop bien 8) Encore une fois bravo :D
Saison 1 : 19,5/20 <3
Saison 2 : 15/20
Saison 3 : 19/20
Saison 4 : 20/20 <3

Personnages préférés : <3 :Ambrosius: / :Zares: :Tao: <3
Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 3640
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Âge : 43
Contact :

Re: [FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par TEEGER59 »

Marcowinch a écrit : 07 févr. 2021, 16:53 La caméra se tourne vers son interlocuteur et nous découvrons... Ambrosius !!!
:x-): :x-): :x-): Tu as cassé le quatrième mur!
J'aime beaucoup!
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!
Avatar de l’utilisateur
Marcowinch
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 337
Inscription : 12 nov. 2018, 18:36
Localisation : Villeneuve d'Ascq
Âge : 47

Re: [FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par Marcowinch »

Merci pour vos premiers retours. C'est encourageant :)
*** Ma fanfic MCO :)***
J'espère qu'elle vous plaira :D

:Esteban: Ben voyons, Pattala ! C'est pas dans ce coin-là que vit la jolie Indali ? :tongue:
Avatar de l’utilisateur
Marcowinch
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 337
Inscription : 12 nov. 2018, 18:36
Localisation : Villeneuve d'Ascq
Âge : 47

Re: [FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par Marcowinch »

Le prochain chapitre sera disponible demain en fin de journée (un peu de teasing ne fait pas de mal) :D
J'espère qu'il vous plaira...
*** Ma fanfic MCO :)***
J'espère qu'elle vous plaira :D

:Esteban: Ben voyons, Pattala ! C'est pas dans ce coin-là que vit la jolie Indali ? :tongue:
Avatar de l’utilisateur
annette26
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 132
Inscription : 25 janv. 2021, 18:23
Genre : Femme
Âge : 21

Re: [FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par annette26 »

Cool ! Je te garantie que je vais directement le lire :x-):
Saison 1 : 19,5/20 <3
Saison 2 : 15/20
Saison 3 : 19/20
Saison 4 : 20/20 <3

Personnages préférés : <3 :Ambrosius: / :Zares: :Tao: <3
Avatar de l’utilisateur
Marcowinch
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 337
Inscription : 12 nov. 2018, 18:36
Localisation : Villeneuve d'Ascq
Âge : 47

Re: [FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par Marcowinch »

La 8e Cité

Chapitre II : L'Ordre du Condor

Près d'Ormuz. Iran. Fin de journée
Après une longue marche depuis Kûmlar, sous une chaleur accablante, épuisés et assoiffés, Esteban et Zia approchent en vue du campement des Chaldis...Alors qu'ils y parviennent, Malik les aperçoit et s'approche d'eux, tout sourire et les accueille à bras ouverts.

« Esteban ! Zia ! Quel plaisir de vous revoir, les enfants !
- Malik ! Dit Zia, également satisfaite de le revoir.
- Bonjour Malik ! Ajoute Esteban, lui aussi tout sourire.
- Vous êtes seuls ? Mais où sont les autres ? Mendoza, Sancho, Pedro, Tao ? Ne me dites pas qu'il leur est arrivé malheur ? S'inquiète Malik. Et vous êtes à pieds ! Mais où est passé votre grand oiseau d'Or ?
- Les autres vont bien, Malik. Dit Zia. Enfin, je crois...C'est une longue histoire...
- Oui, dit Esteban. D'ailleurs, Malik, pourrais-tu, s'il te plaît, nous dire à quand date notre dernière rencontre ?
- Vous m'inquiétez, les enfants, dit le nomade : le soleil vous aurait-il frappé sur la tête ? Cela peut arriver dans ce pays ! L'insolation est un mal terrible...Vous feriez mieux de vous abriter !
- Non, non, nous allons bien, Malik, le rassure Zia. Enfin, nous avons très faim et très soif et nous avons beaucoup marché, mais, nous avons surtout un peu perdu la notion du temps, ajoute-t-elle, se grattant la tête. Et comme le dit Esteban, nous ne savons plus « quand » nous sommes, enfin quelle date...Nous devons également vite rejoindre nos amis...
- Vous avez visiblement besoin de repos, dit Malik. Venez au camp, reposez-vous quelques heures... Nous reparlerons plus tard, quand il fera plus frais et que vous aurez repris des forces ! Vous pourrez nous raconter cette longue histoire et nous éclaircirons ce qui vous perturbe...
- Merci, Malik !" disent en choeur les enfants, avant d'entrer dans une tente que leur indique le bédouin.

-------------------------------------------
Machine Olmèque d'Ambrosius. Dans les airs. Survolant la Mer Méditerranée.
Depuis les hublots de la salle des commandes, que manipule Ambrosius avec dextérité, on peut voir la mer méditerranée ainsi que des côtes approchantes..

"Ah ! Nous arrivons en vue de l'Afrique ! Je reconnais même l'Egypte avec ses fabuleuses pyramides, au loin !" - il joue avec des commandes permettant d'agrandir la vue. "D'ailleurs, cela me donne à penser, dit-il tout en posant son index en dessous de ses lèvres, qu'il faudrait que j'aille également m'intéresser un jour à ses trésors, quand tout cela sera terminé...
- Si vous le dites, murmure le sinistre Donato Succo, négligemment appuyé contre un mur et s'ennuyant ferme, visiblement. Ce voyage va-t-il durer encore longtemps, Maître Ambrosius ? Les installations de cette nef, ou simplement « machine » comme vous l'appelez ne sont pas vraiment très confortables...
- Vous n'avez pas encore visité le reste de l'engin, cher ami. Allez donc faire un tour dans les pièces voisines et les étages supérieurs, vous y trouverez de meilleures installations, et rencontrerez mon apprenti, qui travaille activement à la conception de ma nouvelle « protection » personnelle. C'est un individu très intéressant. Un bon compagnon de voyage, et le second meilleur que j'aie pu trouver. L'autre, le premier, malheureusement, n'a pas su saisir la chance que je lui offrais, dit-il pensivement, avec une pointe de regret. Et oui, notre expédition risque de durer un petit moment, cher ami, je le crains. Mais rassurez-vous, notre première escale arrivera vite maintenant... Plus que quelques heures de voyage direction plein sud. Ah au fait, tant que j'y pense, je ne vous ai pas encore dit l'objet de votre mission : vous devrez vous charger d'éliminer la Senorita Laguerra ! Une vile espionne qui a trahi votre...notre Empereur ! Se reprend-il de justesse.
- La Senorita Laguerra ? L'espionne ? Dit Donato, reprenant soudain une posture plus disciplinée, martiale. Isabella Laguerra ?
- Oh ! Vous la connaissez ? Questionne Ambrosius, soudain un peu méfiant.
- Un peu, en effet...répond l'asesino. Une des meilleurs espionnes de l'Empereur...Pas versée dans l'élimination des gêneurs, comme moi, mais efficace dans ses missions...il nous est arrivé de travailler ensemble...Une femme extrêmement maligne, doublée une bretteuse hors pair, s'il en est...Il est étonnant qu'elle ait trahi l'Empereur. Elle respectait toujours sa parole...
- Je ne doute pas que vous réussirez cette mission, Donato. L'Empereur lui même m'a vanté vos qualités. Et Laguerra, elle, est devenue faible... Elle s'est compromise avec une bande de gamins qui m'ont volé des objets chers et, visiblement, elle s'est aussi entichée d'un navigateur espagnol dont, je le crains, nous aurons également à nous occuper !
- Soit ! Je m'occuperai aussi de lui si besoin. Je n'échoue jamais, Senor... Dit calmement Donato.
- A la bonne heure ! A la bonne heure !" Sourit Ambrosius, satisfait des paroles de l'assassin.

Là dessus, Donato quitte la salle des commandes, pensif, laissant l'alchimiste naviguer vers leur destination...

---------------------------------
Campement des Chaldis.Iran. Tard dans la soirée.
Assis autour d'un feu de camp et alors que les étoiles illuminent le ciel, Malik, le Cheikh Hakim, Nadim, ainsi qu'Esteban et Zia finissent de partager un bon repas. Esteban, rassasié, se tient le ventre des deux mains, reprend difficilement son souffle puis, mettant la main à la bouche, émet un petit rôt. Zia sourit à cela, sachant que leurs amis n'en seront pas offensés, étant donné que roter après un bon repas est ici la tradition...Nadim, a bien grandi depuis leur première rencontre. Zia a remarqué cela et ça l'intrigue autant que cela l'inquiète...

"Quelles aventures fantastiques vous avez vécu ! dit le Cheikh. Si je ne vous connaissais pas et que nous ne les avions pas partagées avec vous, c'est bien simple : je ne vous croirai pas !
- Tout à l'heure, vous nous avez demandé « quand » nous sommes, dit Malik en tournant la tête vers Esteban. Eh bien, d'après mes calculs, sur la base de notre calendrier, seize lunaisons se sont écoulées depuis notre première rencontre...
- Quoi ? Plus d'un an ? Dit Zia en tournant la tête vers Esteban, ce dernier étant également surpris et la bouche encore gonflée car remplie de dattes qu'il était en train de mâcher. Notre séjour en Afrique n'a duré que trois à quatre mois...reprend Zia. Le temps s'écoule vraiment différemment dans le lieu où réside Rana'Ori !
- Donc, dit Nadim, vous devez retrouver Tao, qui se serait rendu en Inde, pour le prévenir du terrible danger dont vous nous avez parlé...
- Oui, dit Zia. Il est urgent que nous le trouvions au plus vite...
Malik réfléchit un instant, se tenant la barbiche par les doigts, puis dit :
- Nous pouvons vous déposer le plus près possible de l'endroit, en voyageant à bord de Zephtis ! Nous ne pourrons pas aller au delà de la frontière, mais cela vous fera gagner beaucoup de temps même si, malheureusement, vous devrez achever votre voyage par d'autres moyens...
- Ce sera parfait, Malik. Nous vous remercions tous beaucoup ! arrive enfin à dire Esteban en regardant l'assemblée, tout en continuant toutefois à tenir son ventre bien rempli.
- Si vous le souhaitez, vous partirez à la première heure dès demain, dit le Cheikh Hakim. Puis, se levant, il ajoute : restez assis et reposez-vous ! Je vais demander à mes hommes de préparer les Zephtis et de vous donner des vivres et de l'eau pour la route...
- Merci encore, dit Zia, reconnaissante.
Sur ce, les enfants, ainsi que Malik et Nadim, se lèvent à leur tour, se saluent mutuellement et s'en vont se coucher afin d'être en forme le lendemain.
- Tao est maintenant plus âgé que nous... Ca va être l'enfer !" dit Esteban en soupirant en entrant à la suite de Zia dans la tente. On entend Zia rire...

Le lendemain matin, Esteban et Zia disent au revoir au Cheikh. Zia monte sur un Zephti, l'un des appareils volants de Chaldis, Nadim, désormais en âge, en tant que pilote. Esteban, de son côté, monte avec Malik. Ils attachent des sacs de provisions à la carlingue de l'appareil puis, décollent, saluant le campement tout en s'éloignant.

-----------------------------------------------------------------------
Zimbabwe. Midi.
Alors que le soleil est à son zénith, la Machine Olmèque arrive et se positionne à quelques mètres au dessus de la ville, projetant par là même une ombre cachant presque la cité toute entière...
Dans la salle des commandes, Ambrosius dit simplement à Donato « Nous y sommes ! », puis il prend un micro à proximité.
En dessous d'eux les zimbabwéens s'agitent, se rassemblent, protègent leurs enfants et se demandent ce qu'il se passe. Le Roi Neshangwe sort de son palais pour voir de quoi il retourne... Le voyant, l'alchimiste s'adresse alors à la foule...
« Braves gens de Zimbabwe ! Dit Ambrosius très calmement, mais le micro amplifiant sa voix, celle-ci ressemble en fait à un éclat de tonnerre. Me voici de retour ! Moi, Ambrosius ! J'ai besoin de votre aide pour retrouver la petite troupe que vous avez aidé l'année dernière : Tao, Zia, Esteban et les autres ! Je soupçonne qu'ils soient revenus ici, après avoir quitté Chambord... Dites-moi où ils se trouvent, où ils se cachent, et je vous promet que je ne détruirai pas votre village !
Neshangwe met ses mains en porte voix pour lui répondre.
« Ils ne sont pas ici ! clame le Roi. Ils nous ont quitté il y a bien longtemps. Nous ignorons où ils se sont rendus !
- Il va falloir mentir mieux que cela, Altesse ! menace Ambrosius. Cherchez mieux dans vos souvenirs, sinon, votre village risque d'en payer le prix ! L'alchimiste actionne un bouton et soudain le dessous de la Machine Olmèque commence à vrombir...
- Arr.Arr.Arr...Arrêtez ! crie Sancho, sortant d'une grande hutte, suivi de son épouse.
- Oui, arrêtes, Ambrosius ! Crie Pedro, sortant d'une seconde hutte en même temps que Nyamita. Puis s'adressant à Neshangwe, Pedro ajoute : Sire : je connais ce genre de machine volante : elle est plus armée que le Condor : il peut détruire la ville d'un seul geste s'il en a l'envie !
Voyant les deux marins, Ambrosius suspend son geste et reprend la parole.
- Vous deux, je vous connais ! Je suis sûr que vous savez où vos amis sont allés. Vous allez venir à bord avec moi ! Vous et vos charmantes compagnes : je m'en voudrai de séparer de si jolis couples ! Et vous allez venir sans faire d'histoires ! Faute de quoi cette ville ne sera plus qu'un tas de débris fumants dans un instant !
Neshangwe regarde Sancho, Pedro et Nyamita.
- Cela ne se peut, murmure-t-il à la princesse, inquiet.
- Je crois que nous n'avons pas le choix, Frère.. lui répond-elle tristement. La sécurité de la ville passe avant tout, même avant toi...ou moi...
- Allons ! Venez, reprend Ambrosius, dirigeant la machine vers l'extérieur. Suivez l'appareil ! Vous monterez à bord plus loin quand nous serons à l'abri de vos gardes... Et comme vous m'avez mis de bonne humeur, me redonnant espoir, chers marins, j'épargnerai la ville..."

Là dessus les marins et leurs compagnes, se mettent en route, d'un pas résigné, suivant la machine...

---------------------------------
Golfe d'Oman. Iran. Frontière de l'Inde. Début de matinée.
Après plusieurs jours durant lesquels longues périodes de vol puis périodes d'escales se sont succédées, les Zephtis se posent. Esteban et Zia en descendent. Ils disent au revoir à Malik et Nadim, qui les saluent tous deux en retour.

« Nous sommes arrivés, dit Malik. D'après vos indications, vous ne devriez plus être loin. Peut être quelques heures de marche... Cette jungle, qui marque l'entrée du pays, est trop dense, nous ne pourrions jamais nous poser au delà. Nous allons devoir vous quitter ici... Soyez prudents car la jungle a la réputation d'être dangereuse...Mais n'hésitez jamais à refaire appel à nous à l'avenir, si vous avez besoin d'aide, ou venez simplement nous voir : vous serez toujours les bienvenus !», leur dit Malik, très sincèrement, la main sur le coeur.
- Oui, renchérit Nadim. Vous êtes nos amis !
- Merci à vous deux, dit Zia, prenant les mains de Malik dans les siennes, pour appuyer ses paroles. Esteban faisant de même avec celles de Nadim.
- Nadim, Malik, on ne vous oubliera jamais !" Dit Esteban.

Sur ces paroles, les enfants prennent un sac de provisions, saluent une dernière fois leurs amis bédouins, puis s'enfoncent dans la jungle indienne.

Jungle de la région de Pattala. Inde. Milieu de l'après midi.
Un peu plus tard. Sous une chaleur étouffante, Esteban et Zia progressent dans la jungle, en suivant un sentier. De temps à autre, Esteban se sert de ses bras, dont un tient sa dague, pour écarter ou couper les branchages qui gênent le passage...

« Nous devrions bientôt apercevoir Pattala, Esteban ! Dit Zia. Nous avons plutôt avancé rapidement. Les Chaldis nous ont fait gagner un temps précieux...
- Oui. Et c'est tant mieux que nous arrivions, Zia, acquiesce Esteban : cela fait des heures que cette jungle n'en finit pas ! Je commence à avoir mal aux bras, moi, à force d'écarter ces plantes...Elles ne sont pas évidentes à couper non plus !
Ils arrivent alors dans une sorte de petite clairière et y pénètrent. Passant devant Esteban, Zia remarque de larges empreintes, au sol.
- Regardes Esteban ! Des traces de pattes d'éléphants. Si ce sont ceux de Pattala, nous devons vraiment en être proches ! Je crois même apercevoir le toit du Temple Mémoire, au loin...ajoute-t-elle en redressant la tête puis se tournant vers Esteban.
Le garçon regarde lui aussi le sol quand, soudain, un grognement similaire à celui d'un félin, se fait entendre... Le Fils du Soleil redresse alors rapidement la tête et aperçoit alors, à une dizaine de mètres de Zia, un félin au pelage couleur paille et couvert de petites tâches noires.. Un léopard ! Croit savoir, Esteban. L'animal étant en train de s'approcher, à pas feutrés de leur position.
- Attention, Zia ! Dit Esteban. Derrière toi !
- Zia se retourne rapidement, alors que le léopard avance encore vers eux.
- Hiii ! Ne peut se retenir de dire Zia, soudainement surprise.
Esteban tend alors son bras droit armé de sa dague, tout en fixant la bête et en faisant signe à Zia de venir derrière lui.
Zia se presse alors derrière le garçon.
- Je vais essayer de calmer cette bête ! Dit Zia, se concentrant pour faire appel à son pouvoir sur les animaux...
Durant un cours instant, le fauve se fige, semble hésiter, puis continue à marcher vers eux en feulant de plus belle.
- Ca ne marche pas, s'inquiète Zia : elle a trop faim ! Zia sort de la nourriture de leur sac et la jette en direction du léopard, qui renifle, mais continue tout de même à se rapprocher, menaçant...
- Cette sale bête ne te fera pas de mal, Zia ! Je te le promet ! Dit Esteban. Dégages, vilaine bête, dégages, crie Esteban en agitant sa dague. Vas-t-en !
Malheureusement la bête ne s'en va pas, au contraire ! Elle est maintenant tout près, se ramasse sur elle même, puis d'un coup, détend ses muscles puissants et bondit sur Esteban !
Esteban, qui avait heureusement anticipé l'attaque, esquive le bond tout en protégeant Zia et parvient à frapper la bête de la pointe de son arme. Malheureusement, son coup n'est pas très assuré et la blessure s'avère très superficielle.
L'animal recule de quelques pas, préparant visiblement une nouvelle attaque. Il ne semble nullement affecté par la blessure. Au contraire, cela semble même l'avoir enragé !
- Hiii ! S'écrie à nouveau Zia en tendant son bras gauche et pointant, de son index, un nouvel endroit situé à proximité : une autre bête !!!
En effet, un second léopard vient à son tour d'émerger de la jungle !
Esteban l'aperçoit du coin de l'oeil et réalise immédiatement la gravité de leur situation : ils sont perdus ! Aucune chance pour eux d'éviter deux assauts simultanés et espérer s'en sortir indemnes !
- Zia, dit Esteban prenant sur lui, faisant tous les efforts imaginables, pour que sa voix soit la plus calme et la plus rassurante possible, et rapprochant Zia de lui par son bras gauche...Zia...Je t'aime ! Pour toujours !
- Moi aussi, Esteban, je t'aime pour toujours ! Répond Zia tout aussi calmement, en se pressant tout contre son dos, les mains sur les épaules du garçon, la tête posée délicatement entre ses omoplates, et en fermant les yeux, acceptant leur funeste destin...
Mais alors que le premier léopard bondit à nouveau, une lance se fiche dans son flanc, achevant le saut de l'animal et le clouant au sol, tué sur le coup !
Le second léopard, quant à lui, voyant de nombreuses formes approcher, recule d'abord puis s'enfuit sans demander son reste.
Zia rouvre les yeux, et voit qu'Esteban s'est figé : devant eux s'approche une dizaine d' humanoïdes, de tailles différentes les uns des autres. Tous vêtus de toges jaunes et leur visage arborant un masque en forme de tête d'oiseau. Non, de Condor ! Pense Esteban. Tous, sauf l'homme de tête, sont armés de lances de pointes aiguisées...
Deux des hommes les plus proches s'avancent vers les enfants. L'un assez grand et l'autre de la même taille d'Esteban. Le second pointe alors sa lance vers l'Enfant du Soleil !
- On dirait que nous arrivons juste à temps. Mais, vous n'avez rien à faire ici ! Cette région est interdite ! S'exclame le petit homme. Vous êtes nos prisonniers !! Rendez-vous immédiatement !
Esteban se crispe encore davantage : il sait que Zia et lui ne font pas le poids contre une telle troupe, qui semble, en plus, bien mieux connaître le terrain qu'eux.
- Vous ne ferez pas de mal à Zia ! hurle Esteban, la colère montant en lui tel un ouragan. Il serre alors davantage encore la poignée de sa dague, jusqu'à s'en faire mal aux doigts...
- Nous ne lui en ferons pas, Esteban ! Dit alors le petit homme, avant de commencer à pouffer puis, ne pouvant se retenir davantage, à rire à gorge déployée. Puis l'individu enlève son masque, révélant : Gunjan !! Celui-ci n'en peut plus de rire et peine à reprendre son souffle. Il a grandi depuis leur rencontre.
- Ahahah ! Si vous voyiez vos têtes ! » dit Gunjan encore pris de fou rire, devant Esteban et Zia, encore surpris.
L'homme situé à côté enlève alors également son masque, dévoilant : Athanaos ! Le visage d'Esteban s'éclaire alors d'un grand sourire.
- Père ! Crie Esteban, les yeux écarquillés et soudain fou de joie.
- Athanaos ! Sourit également Zia, son visage passant de la peur au soulagement puis à la joie, le tout en quelques instants.
- Pardonnez Gunjan, les enfants ! Il n'a pas pu résister au plaisir de vous faire cette sale blague...Bon retour à Pattala, mon garçon ! A toi aussi, Zia ! Sourit alors franchement le Prophète Voyageur, en s'avançant puis enlaçant les enfants alors qu'Esteban et Zia sont encore en train de réaliser ce qui vient de se passer...
Puis, Athanaos les rassure complétement et ajoute « L'Ordre du Condor est ravi de vous recevoir !!! »

Fin du Chapitre.
Quels sont les secrets de l'Ordre du Condor ? Nos héros reverront-ils bientôt Tao, Pichu, Mendoza et Laguerra ? Ambrosius arrivera-t-il à connaître où nos héros se sont rendus ? Et qui est le nouvel apprenti de l'alchimiste ?
Vous le saurez en lisant le prochain chapitre des Mystérieuses Cités d'Or !

Documentaire
Un calendrier lunaire est un calendrier réglé sur les phases de la Lune. Un mois, dans un tel calendrier, représente une lunaison, soit environ 29 ou 30 jours.
En Iran, à l'époque à laquelle l'action se déroule, le calendrier utilisé est appelé Calendrier de l'Hégire. Ce calendrier est particulièrement ancien.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Calendrier_h%C3%A9girien

Le Scoop de Pichu
La forêt indienne, appelée Jungle dans la langue des Hindis, cache de nombreuses espèces animales, parmi lesquelles certaines sont en voie de disparition.
- « Ah bon ? Dit Pichu. Elles se cachent ?
- Non, Pichu, dit la voix off : elles ont été chassées par l'homme, ou bien sont victimes de l'agrandissement des villes, leurs territoires se réduisant. Parmi les espèces abritées dans la jungle se trouvent des tigres, bien sûr, des panthères également, mais aussi des léopards.
- Comme ceux qui ont attaqué Esteban et Zia ! Dit Pichu en fronçant un sourcil.
- Oui, nos amis ont eu chaud ! Reprend la voix off. Le léopard indien est plus petit que les léopards des autres pays, mais il est tout aussi dangereux. Les léopards sont intelligents car ils évitent de chasser dans les territoires d'autres espèces, comme les tigres. Mais les animaux ne chassent que pour se nourrir ou nourrir leurs petits. C'est la dure loi de la jungle !
- J'espère qu'ils ne mangent pas de perroquets ! Dit Pichu, s'enfuyant à tire d'aile.
- Je pense que même avec leur vitesse, ils doivent avoir du mal à les attraper ! le rassure la voix off.
https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9opard_indien

Au revoir, a bientôt !

Chapitre suivant : L'Heur de Tao viewtopic.php?p=104370#p104370
Dernière modification par Marcowinch le 14 févr. 2021, 09:50, modifié 1 fois.
*** Ma fanfic MCO :)***
J'espère qu'elle vous plaira :D

:Esteban: Ben voyons, Pattala ! C'est pas dans ce coin-là que vit la jolie Indali ? :tongue:
Avatar de l’utilisateur
annette26
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 132
Inscription : 25 janv. 2021, 18:23
Genre : Femme
Âge : 21

Re: [FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par annette26 »

Félicitations pour ce second chapitre ! Je le trouve encore mieux que le premier :D J'ai failli crier quand le léopard a bondit vers Esteban :shock: Heureusement , l'ordre du Condor est intervenu à temps ! Je me demande quel est le nouvel apprenti d'Ambrosius ... Je n'ai pas la moindre idée :? Je suis sûre qu'il va finir par trouver nos héros , il est toujours aussi déterminé qu'avant . Bref , j'attends maintenant avec impatience le prochain chapitre ! PS. Bravo pour tes documentaires et scoops de Pichu ! Ils sont aussi passionnants et travaillés que dans les saisons de BS :x-):
Saison 1 : 19,5/20 <3
Saison 2 : 15/20
Saison 3 : 19/20
Saison 4 : 20/20 <3

Personnages préférés : <3 :Ambrosius: / :Zares: :Tao: <3
Avatar de l’utilisateur
Marcowinch
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 337
Inscription : 12 nov. 2018, 18:36
Localisation : Villeneuve d'Ascq
Âge : 47

Re: [FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par Marcowinch »

annette26 a écrit : 11 févr. 2021, 10:48 Félicitations pour ce second chapitre ! Je le trouve encore mieux que le premier :D J'ai failli crier quand le léopard a bondit vers Esteban :shock: Heureusement , l'ordre du Condor est intervenu à temps ! Je me demande quel est le nouvel apprenti d'Ambrosius ... Je n'ai pas la moindre idée :? Je suis sûre qu'il va finir par trouver nos héros , il est toujours aussi déterminé qu'avant . Bref , j'attends maintenant avec impatience le prochain chapitre ! PS. Bravo pour tes documentaires et scoops de Pichu ! Ils sont aussi passionnants et travaillés que dans les saisons de BS :x-):
Merci pour ton commentaire. Je tente de faire de mon mieux...J'ai déjà pas mal d'idées pour le prochain chapitre, donc il devrait arriver vite. :) Vu tes personnages préférés (dans ta signature), je pense qu'il devrait te plaire ;) Enfin, j'espère...
*** Ma fanfic MCO :)***
J'espère qu'elle vous plaira :D

:Esteban: Ben voyons, Pattala ! C'est pas dans ce coin-là que vit la jolie Indali ? :tongue:
Avatar de l’utilisateur
annette26
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 132
Inscription : 25 janv. 2021, 18:23
Genre : Femme
Âge : 21

Re: [FANFIC - SPOILERS SAISON 4] : UNE SUITE POTENTIELLE (Marcowinch)

Message par annette26 »

Cool ! J'attends avec impatience :D
Saison 1 : 19,5/20 <3
Saison 2 : 15/20
Saison 3 : 19/20
Saison 4 : 20/20 <3

Personnages préférés : <3 :Ambrosius: / :Zares: :Tao: <3
Répondre